29/04/2012

* William Mitchell's Faerie Pen ...

Coup de coeur pour cette adorable petite boîte de plumes flambant neuve et assez rare ... Un seul bémol : les boîtes de plumes, c'est un peu comme la lingerie féminine : plus c'est petit et plus c'est cher ...

William Mitchell's Faerie Pen.jpg

07:10 Écrit par ra51 - | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2012

* A vos plumes ! ...

CPA plume 3.jpg

09:57 Écrit par ra51 - dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/04/2012

* Rodolphe d'Autriche ...

Les mésaventures d’un prince malheureux

Quand on n’a pas le “physique de l’emploi” on ne se sent jamais bien dans sa peau. C’est le cas de Rudolf Franz Karl Joseph von Habsburg-Lothringen ou plus simplement Rodolphe d'Autriche. 

Carl Khun plume et médaillon.jpg

Troisième des quatre enfants et seul fils de l’empereur François-Joseph Ier d’Autriche et de l'impératrice Élisabeth en Bavière, dite Sissi, l'archiduc naquît le 21 août 1858 au château de Laxenbourg, près de Vienne. Elevé comme ses deux sœurs aînées par sa grand-mère paternelle, l’archiduchesse Sophie et par l'archiduchesse Gisèle, le petit archiduc fut un enfant de tempérament craintif et de physique faible.   Cependant, Franz Joseph (1).jpgFrançois-Joseph veut en premier lieu faire de son fils le futur empereur de l'un des plus puissants empires, en lui apprenant l’art militaire, la lecture, l'écriture, la religion et les langues tchèque et hongrois.   A l'âge de six ans, le petit Rodolphe « passe aux hommes » et est séparé de sa sœur bien-aimée Gisèle et confié à un précepteur, le général comte d'origine Lorraine Charles-Léopold de Gondrecourt  connu pour sa sévérité. Celui-ci, par des méthodes très dures et cruelles, traumatise l’esprit sensible de l'enfant.  Lorsqu'il atteint l'âge de dix-neuf ans, Rodolphe achève ses études primaires. Alors qu'il veut faire des études de sciences naturelles, notamment d'ornithologie, Rodolphe est contraint de poursuivre sa carrière militaire et en 1879 il sert au 37° régiment d'infanterie.  Rodolphe et son père ne parlent presque jamais ensemble, car le protocole ne permet à personne – pas même au prince héritier – de lui adresser la parole en premier ; le jeune prince ne peut donc guère discuter de ce qui lui tient à cœur avec son père.   Rodolphe a des idées politiques opposées au conservatisme de son père. Proche des milieux progressistes et libéraux, le seul moyen qu'il ait trouvé pour critiquer la ligne suivie par son père est d'écrire de nombreux articles dans divers quotidiens viennois, publiés sous plusieurs pseudonymes, où il défend son idéal. D'un point de vue social, il combat ainsi le cléricalisme et les privilèges de l'aristocratie, et dénonce la misère des travailleurs.  L'archiduc vit donc dans une grande solitude morale et commence sa vie amoureuse avec des « comtesses hygiéniques ».   En 1879, on commence à lui chercher une épouse qui soit à la fois de son rang, catholique et dont l'union ne provoquera pas la susceptibilité des différents peuples de la monarchie. Après avoir refusé les infantes d'Espagne et de Portugal, ainsi que la princesse de Saxe, il épouse le 10 mai 1881 la très jeune princesse Stéphanie de Belgique.  Rudolf d'Autriche mariage.jpg Le couple impérial n’est pas satisfait du mariage. L’empereur n'a guère d'estime pour le père de l’épouse, l'arriviste roi Léopold II, et Sissi trouve Stéphanie beaucoup trop jeune et laide et la surnommera plus tard « le hideux dromadaire » ou « la paysanne flamande ».   La princesse Stéphanie donnera à Rodolphe une fille, l’archiduchesse Elisabeth, née le 2 septembre 1883. La naissance de la petite princesse, surnommée « Erzsi », est une déception pour ses parents qui espéraient un fils. Rodolphe fut également le père présumé de Robert Pachmann, fils probable de l’archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche-Toscane.  Mais le mariage, heureux au départ, se transforme rapidement en un échec. Rodolphe est très intelligent, peu conventionnel, impulsif et très libéral, alors que Stéphanie est plutôt sérieuse, protocolaire et terne. Les désaccords grandissent peu à peu, et Rodolphe finit par retrouver son ancienne vie de célibataire. Il multiplie les conquêtes, et prend en 1886 pour principale maîtresse la danseuse Mizzi Caspar.   Suite à ses nombreuses relations extraconjugales, le prince héritier finit par contracter une forme de blennorragie très grave. Il contamine alors son épouse, qui en conséquence ne peut plus avoir d'enfants. Rodolphe « se soigne » alors à la morphine, à la cocaïne et l'alcool, afin de surmonter son impuissance. Sujet à des états de dépression et d'anxiété, il se sait incurable, et tente par tous les moyens de cacher son mauvais état de santé à son père.   Rudolf d'Autriche (6).jpgDans un état physique et psychologique très inquiétant, en été 1888 il propose à sa maîtresse Mizzi Caspar de se suicider avec lui. Après le refus de celle-ci, Rodolphe rencontre au début de l'automne Marie, la plus jeune fille de la baronne Hélène Vetsera. Une relation intime se noue entre eux, et il semble que Marie Vetsera ait été enceinte de quatre ou cinq mois au moment de sa mort.   Apres  une violente dispute avec son père qui exige la rupture avec Marie Vetsera, les deux amants quittent Vienne pour se rendre au pavillon de chasse de Mayerling acheté par Rodolphe peu de temps auparavant.  Le 30 Janvier 1889, 8h30, on découvre les corps ensanglantés de Rodolphe et de la Vetsera.   La première version "officielle" de sa mort fut "défaillance cardiaque". Mais l'opinion publique avait du mal à croire à cette version de la mort d'un jeune prince de 30 ans... très vite les rumeurs au sujet d'une mort violente avaient circulé.   Le 1er Février le gouvernement impérial faisait paraître la dépêche suivante :

"Son Altesse Impériale et Royale a été trouvée inanimée dans le lit, après que la porte eut été enfoncée."

Mais le Dr. Wiederhoher trouva après examen qu'il y avait une énorme blessure avec arrachement, sur une large surface, du cuir chevelu et des os du défunt, et que cette blessure devait avoir entraîné la mort immédiate.  Cette blessure aurait été provoquée par un coup de fusil... la position de l'arme ne permettant pas de douter que l'archiduc se soit donné lui-même la mort.  A ce moment il n'est pas encore question d'une autre mort, celle de la jeune baronne Maria Vetzera.jpgMarie Vetsera, retrouvée elle aussi morte, quasi nue, dans le même lit avec aussi une balle dans la tête... Mais l'histoire finira par s'ébruiter et on construira alors l'hypothèse romantique d'un double suicide par amour.

 Hypothèses" SUICIDE "

 Rodolphe et Marie vivent un amour fou, impossible à officialiser car le prince impérial est marié (un divorce est impensable) et, d'autre part, Marie est de trop petite noblesse récente pour qu'une union soit envisageable avec l'héritier de l'Empire.   Dans les jours, semaines, mois et années qui suivront la mort on affirmera, en se basant sur l'interprétation de quelques écrits et de propos rapportés, que le prince avait des tendances suicidaires et qu'il n'aurait pas envisagé alors d'autre solution que ce suicide en couple.   On affirmera aussi, sans preuve, que Rodolphe avait appris une ancienne liaison de son père avec la mère de Marie et que cette dernière était sa demi-soeur, d'où leur décision de suicide devant ce présumé inceste ; que Rodolphe avait comploté pour s'attribuer au moins le trône de Hongrie au détriment de son père avec lequel il avait de fréquents différents et, se voyant découvert, il ne lui restait plus qu'à se suicider.   Aucun de ces arguments, vie débauchée, alcool, drogue, maladie, n'est impossible, mais aucun non plus n'est certain ! D'où le doute subsiste encore.

 Hypothèses " ASSASSINAT "

 Il y a deux théories principales : les Services secrets français et les Services secrets allemands.  

La première hypothèse provient essentiellement d'un entretien d'un journaliste avec l'ex-impératrice d'Autriche Zita, en 1983, qui affirmait que Rodolphe avait été contacté par ces Services afin de rompre l'axe austro allemand et de bâtir un axe Vienne Paris, donc de conspirer contre François-Joseph. Le prince ayant refusé, afin d'éviter que l'affaire s'ébruite, il aurait été exécuté. Quand on connaît les sentiments très francophiles de l'archiduc on peut s'étonner que le Gouvernement français ait voulu supprimer un futur allié, mais, encore une fois, rien n'est impossible, surtout quand on sait les violents sentiments anti-monarchiques de Clémenceau ...

 La seconde hypothèse viens des témoignages de l'entourage du prince à l'époque, bien que "muselés" par la police impériale, laissant planer une forte suspicion (traces de lutte, fenêtre brisée, etc...) On connait son opposition à la politique impérialiste de Guillaume II et on a vu beaucoup d'allemands rôder autour de Mayerling avant le drame.

 Quelle que soit la vérité on peut se demander quel aurait été le destin de l'Autriche et de l'Europe si Rodolphe avait régné avant la fin de ce XIX° siècle ou au tout début du XX°. Aurait-il pu libéraliser comme il le souhaitait le vieil Empire austro-hongrois dont la santé économique était bonne car il avait su, de ce côté là, se moderniser ?  Une alliance austro-franco-anglaise aurait pu contrebalancer les visées expansionnistes de l'Allemagne (l'archiduc était l'ami du prince de Galles, futur Edouard VII) et le dramatique cours de l'Histoire, avec ses deux guerres mondiales, aurait peut-être été modifié ?   On ne le saura jamais, et quelle que soit la vérité, le malheureux prince, trop faible et sensible pour suivre le destin de son père, fut enterré à l'intérieur du mausolée des Habsbourg, et Maria Vetzera enterrée dans le cimetière de l'abbaye de Heiligenkreuz.

François-Joseph transforma Mayerling en un couvent pénitentiel des soeurs carmélites.

Rodolfo.

Mayerling.jpg

 

08:02 Écrit par ra51 - dans Plumes remarquables | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/04/2012

* Christian IX & X : marques inconnues ?

Qui pourrait nous renseigner sur les fabricants des deux plumes Christian X & IX figurées ci-dessous ?  Merci de vos réponses.

P. & P. portrait Christian IX Pen grise 39.59 mm.jpg

Serge & Robert

11:17 Écrit par ra51 - dans Plumes remarquables | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/04/2012

* L.N.E.R - London North & Eastern Railway ...

Bonjour à toutes et à tous. Ci-dessous, ma collection de plumes L.N.E.R. Toujours partant pour de nouvelles acquisitons, bien entendu !

Jean-Michel HEROUART yggdrart@club-internet.fr

(cliquer sur les images pour agrandir)

N° 8 tubulaire photo 1.jpg

Photo 2.jpg

Photo 3.jpg

Photo 4.jpg

Photo 5.jpg

Photo 6.jpg

Photo 7.jpg

Photo 8.jpg


11:57 Écrit par ra51 - dans Plumes Chemins de Fer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/04/2012

* A vos agendas ...

Jean-Marc Blanchatte, président du club des collectionneurs du Comité d'Entreprise de la Française de Mécanique, organise une exposition sur les objets d'écriture.

Pour l'occasion, il présentera toute sa collection personnelle.

Expo Jean Marc.jpg

Rendez-vous nombreux au centre culturel de l'usine Française de Mécanique du 16 au 27 avril 2012 à DOUVRIN (62138), France, zone industrielle Flandre-Artois. Tous renseignements complémentaires auprès de l'intéressé à l'adresse suivante :

jean-marc.blanchatte@laposte.net

07:04 Écrit par ra51 - dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/04/2012

* Marvellous ...

Qui connait le fabricant de cette plume noire, J estampé non brossé, gravée MARVELLOUS ?

marvellous.jpg

Pour info, mais sans doute sans rapport, elle "voisinait" avec diverses autres plumes J de Willam Mitchell's & Hinks Wells dans la boîte ci-dessous.

Boots J Pen .jpg

02/04/2012

* Exposition d'oeuvres calligraphiées ...

Cette année, la bibliothèque de Tournai a choisi de mettre en évidence ce thème éternel qu'est l'homme et la femme.
Qu'ils soient parents, époux, amis, frères, soeurs ou qu'ils soient amants, l'homme et la femme représentent une source inépuisable pour les écrivains, les poètes, les chansonniers, les peintres ... Exposition sous l'impulsion de la bibliothèque de Tournai et en collaboration avec les calligraphes de Plumes & Calames.

Event_2012_Homme_Femme_Tournai.jpg

Dévernissage le 5 mai de 10h30 à 12h30.

Bibliothèque de la Ville de Tournai
Boulevard des Frères Rimbaut, 2
7500 Tournai
069 25 30 90

07:38 Écrit par ra51 - dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |