29/07/2012

* Quand on aime les boîtes en fer blanc ...

Quand on aime les boîtes anciennes et qu’on est passionné par les articles d’écriture, on ne peut rester insensible au charme des deux boîtes ci-dessous. Pour les amateurs d’encre, la première est un cadeau offert par la marque « Antoine & fils », anciens producteurs parisiens d’encre en tous genres.

(cliquez sur les images pour agrandir)

Encre Antoine.JPG

 Encre Antoine (3).JPG

Le nom est inscrit sur le devant de la boîte dans une très belle et ancienne litho rouge et or : sur le couvercle, une illustration assez sympathique présente un Pierrot qui écrit à l'encre et à la plume d’oie un poème ; on devine le titre sur sa feuille: « Ode à la Lune »

Encre Antoine (2).JPG

La scène se déroule probablement dans une mansarde à Paris, avec des grachat noir.jpgffitis sur les murs, dont un petit Pierrot pendu. Derrière l’écrivain, une femme habillée comme les danseuses de l’époque, (Moulin Rouge par exemple) bas noirs, robe rouge et grand chignon blond, portant un petit tablier blanc, fait une farce en renversant une bouteille d'encre sur le dos de Pierrot.

On peut aussi voir un chat noir assis derrière la chaise, allusion au célèbre cabaret de Montmartre.

 Encre Antoine (1).JPG

Le rebord de la boîte est fait de dessins dorés sur fond rouge ; les côtés et l’arrière représentent les bouteilles et flacons d'encre tels qu’ils ils étaient autrefois : belles formes, étiquettes de couleurs, buvard, bougie, lettres,  tout le matériel ancien nécessaire à l'écriture. Encre Antoine (4).JPG

Figure aussi la signature ‘’ Carnaud ‘’ en tout petit au dos de la boîte ; probablement le nom de l’entreprise de fabrication.

La deuxième boîte, anglaise celle-ci, est toute différente : il s’agit d’une boîte qui contenait un petit ensemble de bureau pour la maison.  Sur le couvercle on peut lire : « The complete household stationnery »  papeterie complète pour la maison.  Elle contenait plumes, porteplume, feuilles de papier, enveloppes, encres, et toutes les choses à avoir sous la main pour garnir son bureau.

Imperial Quill.jpg

Très intéressant aussi, l’arrière de la boîte qui représente le bâtiment de l’entreprise « Huntley Boorne & Stevens » fabricant des célèbres ‘’tin boxes’’ très prisées des collectionneurs.  

Imperial Quill (1).jpg

Les plus curieux ne manqueront pas de visiter le site en rapport :

 http://www.huntleyandpalmers.org.uk

 Rodolfo
 

15:40 Écrit par ra51 - dans Boîtes de Plumes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/07/2012

* VEXIAU & Cie ...

Ci-dessous, une carte porcelaine d'une maison parisienne ayant également une antenne à Bruxelles, rue du Marché aux Poulets, n°1.

Quelqu'un aurait-il une ou des plumes gravées à ce nom ?

(cliquez sur l'image pour agrandir)

Vexiau.jpg

* La troisième plume ... suite

A propos du jour de la 3° Plume Jules VERNE, découverte par Rodolfo, un complément d'information : dans un post récent, http://calamophilie.skynetblogs.be/archive/2012/07/16/que... Serge nous communiquait le scan de la Boîte MINERVE.  Daniel nous fait parvenir un scan de la plume correspondant à cette boîte.  On notera que le jour est identique à celui de la 3° J. Verne de la Cie Fse. Il s'agit d'une plume de Guillaume Bac.  Comme le dit si bien Rodolfo, à chacun de tirer ses conclusions.

(cliquer sur l'image pour agrandir)

Minerve Guilaume Bac.jpg

21/07/2012

* La troisième plume ...

Depuis longtemps j’ai en collection les plumes de la Compagnie Française dédiées au grand écrivain français Jules Verne.

(cliquez sur les images pour agrandir)

Jules Verne boîte 1.jpg

Toutes deux sont de belles plumes, la n° 299 gravée « PLUME JULES VERNE DEPOSE CIE FSE » avec une représentation du monde, et la n° 297 gravée « PLUME JULES VERNE M DEPOSE CIE FSE » avec un joli décor.

J.VERNE (1).jpg

Jules Verne boîte 2.jpg

Jules Verne 2.jpg

Jules Verne boîte 3.jpg

J’avais lu sur un ouvrage qu’il existait un troisième modèle, mais je ne l’avais jamais vue, même pas dans les documentations que j’ai eu la chance de consulter. 

Sur le livre de référence de J.P. Bellot dédié à la Compagnie Française *, j’ai finalement vu cette plume.  Il s’agit de la n° 298 « PLUME JULES VERNE DEPOSE CIE FSE » mais à la page XXXVIII du livre, elle est représentée par une gravure et pas de photo, avec la référence à un catalogue de 1901.

Jules Verne plume dessin.jpg

 Je pensais donc qu’il s’agissait d’une plume « prototype » jamais commercialisée, mais mes doutes se sont envolés quand je l’ai découverte sur une épave de présentoir de la Manufacture Française.

J.VERNE.jpg

A mon avis c’est la plus belle des trois, avec deux petites gravures de l’Europe et l’Afrique d’une côté, du nouveau monde de l’autre, et sa pointe très particulière. Son ajour en étoile prolongée en haut peut ressembler à une fusée et la pointe en boule à la lune ; donc « De la Terre à la Lune » ?

J VERNE (4).jpg

 A chacun sa propre interprétation.

Rodolfo.

* ''Les plumes en ordre de batailles'', Jean-Pierre BELLOT, Jacques FLEURET, Bernard ROBERT, Les éditions Au fil de la plume, Paris, 2004.

 

20/07/2012

* Autre Fête Nationale ...

Aux amis belges collectionneurs -et aux autres aussi-, nous souhaitons une heureuse fête nationale, arrosée comme il se doit ...

(cliquez sur l'image pour agrandir)

belgo 4 001 & drapeau réduit.jpg

Daniel & Robert

15:44 Écrit par ra51 - dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2012

* Quelques boîtes peu courantes ...

Serge Dierig nous fait parvenir quelques photos de boîtes de plumes chinées au cours de ses dernières brocantes.

Tonnel Paris.jpg

Minerve.jpg

Champetre.jpg

La suivante a particulièrement retenu mon attention :

ENNEGE.jpg

Dans un post récent,

http://calamophilie.skynetblogs.be/archive/2012/05/28/bal...

je signalais une boîte de plumes Ballon ELLTé, transcription phonétique des lettres L et T pour L. TOMME, en rappelant que d’autres marques avaient utilisé ce procédé (CEBEECO pour C. Brandauer & , CE DE R’s pour Corneille de Ruysscher, Esveha pour Simon Veerhaven, etc.) lors de l’impression des étiquettes de leurs boîtes.

La maison Natowitz d’Anvers, dont nous connaissons une quarantaine de plumes différentes, (elles seront illustrées dans l'ouvrage Mille & Une Plumes Belges, publication envisagée dans les prochains mois) s’est caractérisée par une grande diversité de gravure sur ses plumes : NATOWITZ, NATOWITZ & CIE, N.G. (le G pour Gemeenschap équivalant de Compagnie en Néerlandais), A.N.G (le A pour Anvers), mais aussi A   N & G, notamment pour ses plumes UNIVERSAL CORRESPONDENCE PEN, illustrées ci-dessous. 

(cliquez sur les images pour agrandir)

N & G 1.jpg

N & G 2.jpg

ENNEGE ( N & G ) ferait-elle partie de ces transcriptions phonétiques et la boîte découverte par Serge serait-elle une boîte belge de Natowitz ? Dans l’affirmative, ce serait une trouvaille importante et un véritable scoop pour les inconditionnels des plumes belges !

 

14/07/2012

* Fête Nationale ! ...

A tous les collègues français, bonne fête nationale !

Soleil en prime pour les voisins du Nord ...

14 juillet.jpg

16:52 Écrit par ra51 - dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

* Un Amour d'encriers ...

Jean-Claude Vallet nous informe de la parution de son ouvrage "Un Amour d'encriers", publié aux éditions Elzévir.

Un amour d'encrier.jpg

On peut se le procurer chez l'éditeur (éditions Elzévir, 11 rue Martel 75010 Paris ), http://www.editions-elzevir.fr/catalogue sur internet ( amazon.fr , chapitre.com ) ou sur commande en libraire, au prix de 15,90 €.

Un amour d'encrier1.jpg

05/07/2012

* La Plume à Vapeur ...(2)

Petite contribution à l'étude de Rodolfo : une autre plume française, avec un jour rappelant la barre d'accouplement, représentant également la Stephenson, mais de LIBERT & Cie.

(cliquez sur l'image pour agrandir)

libert 001.jpg

Daniel.

11:49 Écrit par ra51 - dans Plumes Chemins de Fer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/07/2012

* La Plume à Vapeur ...

Ceux qui ont eu la chance de voir une locomotive crachant fumée et vapeur auront sûrement été fascinés par cet imposant moyen de locomotion, dont l'histoire et l’évolution se sont développées dans la même période que celle de la plume, pour prendre ensemble leur retraite à la fin du second conflit mondial, après plus d’un siècle d'activité.

Les marques des plumes, elles aussi, ont succombé à leur charme, et beaucoup d'entre elles ont exploité la locomotive pour les enjoliver.  A ma connaissance, il y a peu de plumes avec ce genre de décoration, et je me suis toujours demandé si la locomotive embossée, et plus rarement gravée sur la plume, était un dessin de fantaisie, ou inspirée par des modèles ayant vraiment cheminé sur le rail d’autrefois.

J’ai fait une petite recherche sur les trains et sur le vieux matériel de chemins de fer d’antan.  En considérant la période de construction des plumes, objet de ma recherche, je me suis limité aux locomotives de la seconde moitié du XIX siècle, et je suis resté vraiment étonné par la vraisemblance des poinçons avec les originaux. La seule différence que l’on peut observer, faute de place sur la plume, figure au niveau des cheminées, souvent tronquées, et des tender, supprimés, pour la plupart.

Pour identifier les locomotives il faut d’abord examiner les roues : les plus grandes sont les roues motrices, les petites sont les porteuses.   Les toutes premières locomotives, avaient deux essieux : un moteur et un porteur. Ensuite on voit apparaître deux essieux moteur, deux essieux moteur et un porteur et deux essieux moteur et deux porteur. Dans ce cas les deux roues motrices étaient reliées par une barre d’accouplement. Celle-ci fut un des grands progrès techniques permettant d’augmenter l’adhésion sur les rails. 

Pour identifier la structure des essieux, une numération à trois chiffres a été utilisée : le premier, de l’avant à l’arrière, indique le nombre d’essieux porteurs avant, le deuxième le nombre d’essieux moteurs et le troisième le nombre d’essieux porteurs arrière. 

Essieux

Numération

oO

110

ooO

210

OO

020

OOO

030

oOo

111

oOOo

121

En regardant les plumes, il faut observer que dans le domaine de la locomotive, les Anglais ont réalisé de superbes poinçons vraiment conformes à l’original, tandis que les poinçons français sont un peu moins soignés ; mais il est possible que mes plumes françaises en collection ayent été réalisées avec des poinçons usagés.

Joseph Gillot, dans sa petite plume, représente une locomotive étonnamment semblable à la Early Monkland avec deux roues motrices.

(cliquez sur les images pour agrandir)

Vapeur Gillot 0.jpg

Vapeur Gillott détail ajour.jpg

Vapeur Gillott 1.jpg

Vapeur Monkland.jpg

M. Myers, avec sa plume plus élaborée, représente probablement la locomotive construite en 1843 par Stephenson pour le chemin de fer de Paris à Orléans, avec jour en barre d’accouplement bien détaillée.

Vapeur Myers 1.jpg

Vapeur Myers 3.jpg

Vapeur Myers 2.jpg

C. Brandauer, et A. Armstrong avec sa plume tubulaire, poussent le détail jusqu’à représenter la fumée qui s’échappe de la cheminée. M.Turnor ajoute aussi le petit tender.

Vapeur C Brandauer.jpg

vaPEUR c bRANDAUER AJOUR.jpg

 Vapeur C Brandauer 2.jpg

Vapeur Armstrong.jpg

Vapeur Armstrong 2.jpg

Vapeur Armstrong 3.jpg

Vapeur Armstrong 4.jpg

Les Français, plus simplement, avec Baignol & Farjon, F. Lebeau, La Libraire des Ecoles et Sanard et Derangeon, enjolivent leurs plumes avec la locomotive du type Planet

Vapeur Baignol & Farjon.jpg

Vapeur Lebeau.jpg

Vapeur Ecoles.jpg

Vapeur Planet.jpg

Blanzy Poure & Cie, (à mon avis la meilleure des plumes « ferroviaires » françaises) nous montre une belle Goode de la London & Birmingham Railway.

Vapeur Blanzy.jpg

Vapeur Blanzy jour.jpg

Vapeur Blanzy2.jpg

De plus, certains font rouler la locomotive en ajoutant aussi le petit mécanicien sur la plateforme arrière. Enfin, un souci des détails et de la précision digne d’un orfèvre !

Quant aux plumes gravées, il faut remarquer la ''PATENT THE FLYING SCOTCHMAN MAC NIVEN & CAMERON EDINBURGH''. Sur cette plume on trouve une locomotive type 030 avec son tender et la fumée qui sort de la cheminée.

Vapeur Mac Niven 1.jpg

Vapeur Mac Niven 2.jpg

 

A titre d’information, quelques marques d’encre ont également utilisé la locomotive sur leurs étiquettes.

Voici un petit tableau récapitulatif des plumes à vapeur…

 

Locomotive type

Essieux

Plume

Jour

Notes

Early Monkland Locomotive

OO

020

JOSEPH GILLOTT BIRMINGHAM

 

 

Goode engine London & Birmingham railway

OO

020

"STEPHENSON" BLANZY POURE & CIE N°254

Barre d’accouplement

Mécanicien

LIBERT & CIE

Barre d’accouplement

Mécanicien

MANSUI BRION

Barre d’accouplement

 

Locomotive du type «Planet», construite en 1832 par Stephenson pour le chemin de fer de Liverpool à Manchester

oO

110

BAIGNOL & FARJON BOULOGNE S/MER

 

Mécani-cien

F.LEBEAU

 

Mécani-cien

LIBRRIE GENLE DES ECOLES * MEAUX *

 

Mécanicien

SANARD ET DERANGEON

Barre d’accouplement

Mécanicien

Locomotive construite en 1843 par Stephenson pour le chemin de fer de Paris à Orléans

oOo

111

M.MYERS & SON RAILWAY PEN

Barre d’accouplement

 

Fire Fly Calss Sir Daniel Goch 1840

oOo

111

C.BRANDAUER & C° BIRM N°499

 

Mécanicien et fumée

?

oOO

120

V R EXPRESS PEN A.ARMSTRONG & C° LIMITED

 

Fumée

?

OOO

030

TURNOR

 

Avec tender et mécanicien

?

OOO

030

PATENT THE FLINGSCOTCHMAN MAC NIVEN & CAMERON EDINBURGH

 

Avec tender et fumée

Rodolfo. 

07:34 Écrit par ra51 - dans Plumes Chemins de Fer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/07/2012

* William Vale & Sons ... (suite)

Merci Gaby pour tes précisions.  Entretemps, j'ai obtenu de Giorgio Busetto, l'auteur du site auquel je faisais référence dans l'article précédent, un tableau récapitulatif des concordances lettres/années pour Birmingham. Pour que tout le monde en profite, je le publie ci-dessous. Mon porte-plume date donc de 1906.

(cliquez sur le tableau pour agrandir)

BIRMINGHAM poinçons.jpg

Cordialement, Robert

20:52 Écrit par ra51 - dans Porte-plume(s) | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

* William Vale & Sons ...

Le poinçon de ce porte-plume en argent finement ciselé nous apprend qu'il s'agit d'une fabrication de la maison William Vale & Sons, Unett Street, à Birmingham, fondée en 1883.

(cliquez sur les images pour agrandir)

W V & S 1.jpg

(Pour ceux que le sujet intéresse, il existe un site remarquable sur les poinçons de fabricants anglais (et autres) : http://www.silvercollection.it/englishsilvermarksXW2.html ).

W V & S 2.jpg

L'ancre et le Lion passant caractérisent la production de Birmingham. Mais que représente la lettre g ? Une année de fabrication ?

Merci de vos réponses.

07:12 Écrit par ra51 - dans Porte-plume(s) | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |