17/10/2013

* Plume verte de Eagle ... devinette ...

Depuis longtemps j'attendais cette plume de chez Eagle Co, et maintenant la voilà dans notre collection. J'avais des doutes quant à la couleur de la plume (encrée de vert ?) , mais non ; c'est le rare bronzage vert que j'ai déjà vu sur deux autres plumes.

La voici :

(cliquez sur les images pour agrandir)

Eagle 1.jpg

 Eagle 2.jpg

Mais qui pourra mettre un nom sur le personnage ?

Rodolfo.


Communication de Rodolfo Peirano (Adh CCOE n° 408)

(ndlr : voir aussi http://calamophilie.skynetblogs.be/archive/2012/01/21/plumes-vertes.html et sq.)

08:44 Écrit par ra51 - dans Plumes remarquables | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

N'est ce pas William Penn, fondateur de la Pennsylvanie et de la ville de Philadelphie ?
Robert

Écrit par : Robert Alexis | 17/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bravo ! ! ! Robert

Écrit par : Rodolfo | 17/10/2013

Répondre à ce commentaire

William Penn naît dans une famille anglaise des plus aisées. Son père est un héros de la marine anobli, l'amiral Sir William Penn ; sa mère, Margaret Jasper, la fille d’un marchand de Rotterdam. Élève brillant, le jeune William dévie cependant de la voie qui lui semble promise en adhérant aux principes du quakerisme. La gestation de sa conversion définitive est longue ; elle intervient finalement en Irlande, où son père l’a envoyé en 1667 pour l’éloigner de Londres et de l’influence des sectes puritaines avec lesquelles William a manifesté une certaine proximité de pensée1.
William est alors persécuté comme les autres quakers sur le sol britannique : de décembre 1668 à juillet 1669, il est notamment incarcéré à la Tour de Londres2. Il se rallie progressivement à l’idée de fonder une colonie dans les territoires d’Amérique du Nord. Quelques quakers se sont déjà installés dans le New Jersey en 16773. Mais William a désormais les moyens d'un projet plus ambitieux ; la mort de son père l'a en effet laissé à la tête d’une fortune importante. Il hérite en particulier d’une créance de 16 000 livres due par la couronne auprès de son père. Il négocie auprès de la Cour son remboursement contre des terres en Amérique du Nord. Le 4 mars 1681, Charles II lui octroie par charte un vaste territoire situé à l'ouest du New Jersey.
En 1682, le quaker y fonde la ville de Philadelphie, en y appliquant les préceptes de gouvernement d'une société libérale idéale. La jeune colonie quaker devient rapidement prospère. Il souhaitait que cette cité servît de port et de centre politique. Même si Charles II lui en avait donné la propriété, William Penn acheta la terre aux Amérindiens afin d’établir avec eux des relations pacifiques4.
William Penn signa un traité d’amitié avec Tamanend, le chef de la nation Delaware, à Shackamaxon5.
Le texte original de la Déclaration d'Indépendance et de la Constitution a été signé au Capitole de Philadelphie aujourd'hui appelé Independence Hall (les texte originaux se trouvent aux archives Nationales à Washington, D.C.). La colonie rachète également d'autres terres, dont l'ouest du New Jersey à William Berkeley en 1674. Les idéaux qui y furent mis en pratique eurent une influence importante sur les futures institutions américaines.
En 1984, il a reçu du gouvernement américain à titre posthume la distinction de citoyen d'honneur des États-Unis d'Amérique pour son action politique, considérée comme un haut fait envers la nation américaine. Il reste dans la postérité en ayant légué son nom à l'État de Pennsylvanie.
Une statue de William Penn est installée au sommet de l'hôtel de ville de Philadelphie, elle domina la ville jusqu'en 1987 (construction du One Liberty Place). Un accord tacite voulait qu'il était interdit de construire plus haut que celle-ci (167 m). Cependant, aujourd'hui, la statue de William Penn a toujours la vue dégagée sur le Delaware.

Écrit par : Perdereau Maurice | 17/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.